Poker : comment y jouer au casino sans passer pour un « fish » ?

Poker casino

C’est bien connu. Dans les casinos, une table peut compter autant de fish que de pros. Si vous vous apprêtez à disputer votre première partie en salle, ne vous laissez pas impressionner par l’atmosphère agitée, le jargon assez spécifique, les regards qui vous toisent. Dites-vous que chacun de ces joueurs a d’abord été un débutant, comme vous.

Adopter la zen attitude

Personne ne décide de jouer en live sans avoir pris le temps d’apprendre les règles, de se familiariser avec le lexique et de s’être entraîné plusieurs fois. C’est l’avantage de l’existence du jeu en ligne, puisqu’il n’y a plus besoin d’aller au casino pour découvrir les règles… Techniquement, toutes les parties se déroulent de la même manière. C’est le fait de se retrouver face à des adversaires potentiellement avertis qui intimide généralement les bleus. Il ne faut jamais laisser transparaître cette appréhension. Rester calme et détendu signifierait en effet que vous êtes un habitué et que vous ne craignez personne. Le bluff commence dès le moment où on chacun s’installe autour de la table.

Une fois la distribution achevée, la majorité des joueurs se précipitent sur leurs cartes pour voir ce qu’ils on en main. Ce « rituel » n’a rien de blâmable en soi, quoique le fait d’attendre votre tour pour connaître ce que le sort vous a réservé vous laisse le temps d’observer les autres. Il n’est pas utile d’être un fin psychologue pour déceler de l’excitation, de la déception, de la rage ou tout autre sentiment qui peut se déceler à travers les Tells (une mimique, l’expression du visage d’un adversaire). Et votre patience évidente ne fera que renforcer l’image décontractée que vous offrez aux autres.

Dire adieu au mental de fish

Le poker, c’est une véritable compétition dans laquelle on applique la loi du plus fort. Vos adversaires seront sans pitié et vous devrez tenir le coup. Une bonne préparation mentale s’impose donc pour que vous puissiez adopter la bonne stratégie, et elle ne consiste pas seulement à regarder les vidéos de poker de Bruel! Autant que possible, il est conseillé de camoufler son jeu en restant imprévisible pour les adversaires. C’est ce que font les trickers !

Un fish aurait tendance à tilter suite à un bad beat, à toujours jouer de la même façon, à tenter de gagner toutes les mains… Dans son mental, le débutant manque souvent de clairvoyance face à des experts ou des joueurs à peine plus avertis que lui. Il pète les plombs pour quelque chose qui ferait à peine sourciller un joueur au mental solide. Une fois encore, la zen attitude vous permettra de jouer comme un vrai pro pour que vous ne finissiez pas « cagoulé » ou pire, « Busto ». Au lieu de se focaliser sur l’argent, il est plus important encore de se concentrer sur les décisions. Une bonne réflexion doublée d’un minimum d’observation permet généralement d’éviter le bad run ou de se faire plumer. Car autant le reconnaître, les débutants ont tendance à s’entrainer simplement au jeu et négligent le mental et l’attitude. Du coup, ils constituent de belles cibles pour leurs adversaires.

Et si vous vous la jouez à la façon « calling station » (tendance à suivre systématiquement les mises), vos adversaires n’auront aucun mal à comprendre que vous êtes débutant. C’est exactement la même chose en ligne, surtout en jouant sur le site d’un bookmaker (PMU, Unibet, Bet365…) : les joueurs sont en général d’abord des parieurs et jouent n’importe comment au poker. Ils suivent tout avec rien, ou alors cochent systématiquement les boutons suivre/passer.

Contrairement aux novices, les habitués du poker live savent pertinemment que les casinos ont chacun leurs spécificités. Le fait de poser des questions au responsable de la salle ou au croupier ne vous classera pas dans la catégorie des fish mais dans celle des joueurs prudents, désireux de se conformer au mode de fonctionnement d’une poker room.

Flambeur

Reserrer l’écart entre fish et pros

En règle générale, les pigeons se reconnaissent dès les premières minutes (ou secondes) de jeu. Même si avant même de jouer, on peut reconnaître le « kéké » qui voudra passer pour un pro avec ses lunettes et sa capuche, ou le flambeur avec costume, grosse montre et bagouzes… Pour survivre dans cette jungle sans pitié où les experts n’hésitent pas à malmener les débutants, il est important de connaître les atouts qui permettent de leur tenir tête. Il ne s’agit pas vraiment d’astuces mais plutôt d’habitudes et de stratégies. En d’autres termes, il vous faut un solide bagage technique.

Commencez par prêter attention aux détails. Les réactions de chacun face à une relance à la turn, la tendance à checker, la force d’une main qui pousse un joueur à partir au tapis… Se préoccuper de sa main est une bonne chose. Se concentrer sur le jeu des autres (même si l’on n’est pas impliqué) et lire leur jeu donne un avantage certain. Laissez ensuite vos adversaires dans le flou. Jouer de manière standard est l’apanage des mauvais joueurs. C’est juste l’application de ce que qui se lit sur le net ou que l’on a appris dans une partie entre potes. Il faudra être par exemple être capable de checker à la River dans l’intention de relancer ou de se coucher. Si vous avez tendance à check-raiser au flop, il faudra savoir en faire de même en semi-bluff. Et bien sûr, rester de marbre en toute circonstance (même si l’on bouillonne intérieurement) conduira les autres joueurs à se poser des questions.

Pour résumer, il faut savoir se contrôler, observer, bluffer, varier son jeu et surtout il faut développer sa capacité d’adaptation. Les variables qui font le poker sont multiples. En vous adaptant au jeu et à vos adversaires, vous passerez petit à petit du côté des grinders !

Pas de commentaires pour le moment.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *