Patrick Bruel et le poker : un champion ou un bluffeur ?

Poker Bruel

Patrick Bruel joue sur tous les fronts. Rendu célèbre par sa voix rauque, il nourrit une passion certaine pour le théâtre et le cinéma. Parmi ses hobbies : le football (c’est un fervent supporter du PSG) et le poker. Son bracelet WSOP (World Series Of Poker) témoigne de son talent aux tables de jeu ; mais loin d’être un grand champion, même en France – il n’arrive pas à la cheville d’Elky, sa présence dans le monde du poker tient plutôt à une communication  maîtrisée…

Alors, champion du monde… ou non ?

Dans les WSOP, sorte de championnat du monde qui se déroule à Vegas, seule une centaine de joueurs se dispute le titre. Dans un Main Event, ce sont plusieurs milliers de joueurs qui misent, suivent ou muckent en tentant de sortir vainqueur d’un tournoi qui dure des jours entiers. D’accord, Bruel a obtenu son bracelet WSOP en 1998, c’est une victoire incontestable mais de là à le sacrer « champion du monde »… bonjour la controverse.

D’abord, parce que ce n’est pas le Main Event qu’il a gagné (c’était Scotty Nguyen) mais un tournoi annexe, quoique très honorable, le Limit Hold’Em à 5 000$ contre 111 adversaires. C’est déjà une très belle performance loin d’être à la portée de tout le monde,  mais on est loin de celles des « vrais » champions comme Phil Ivey ou Phil Hellmuth (ce serait comme dire que Vianney est un chanteur de l’ampleur de Bruel…).  Et surtout, depuis, à part quelques petites performances par-ci par-là, il a bien plus parlé du poker qu’il n’a enchaîné les bracelets.

Dans la vidéo suivante, un novice qui s’était qualifié en ligne le vire d’une table !

L’icône du poker hexagonal

Patrick enchaîne les compétitions pour booster ses performances. Si son entrée dans l’univers du poker pro débute en 1998, il faut patienter quelques années de plus pour que cette passion atteigne l’Hexagone. Finalement, il parvient à convaincre Canal + de diffuser le World Poker Tour (WPT) à partir de 2005. Le succès médiatique de l’émission est immédiat. Il semble que les français n’attendaient que cette occasion pour en apprendre plus sur le poker, alors à la mode.

Des centaines de milliers d’adeptes sont donc présents sur le net en un peu moins d’un an, à une époque où le poker en ligne n’est pas encore régulé par l’ARJEL en France. Là encore, on pourrait miser sur l’influence de la notoriété du chanteur de « Casser la voix » et son titre de champion. Mine de rien, le chanteur paraît doué pour partager sa passion avec ses fans et tous ceux qui voudraient percer dans le poker sans trop d’efforts.

Pourtant, l’ambiance est retombée. La régulation qui est passé par là est souvent pointée du doigt, parce qu’elle a rendu le poker en ligne nettement moins intéressant pour les joueurs. Et désormais, pour entendre Patrick parler du poker, il faut veiller tard le soir sur une chaîne payante…

Un sens de l’observation très développé

Pour Patrick Bruel, ce penchant pour le poker a démarré à l’âge de 8 ans, époque à laquelle il jouait avec ses oncles. Ce qui n’a été qu’un simple passe-temps l’a conduit dans des tournois internationaux, lui permettant même de finir aux places d’honneur. On peut dire que sa technique n’est pas vraiment au top, comparé à celle d’autres joueurs émérites, mais il a un atout qui lui permet de s’imposer en véritable maître du jeu : l’esprit d’analyse.

Selon lui, une simple mimique, un geste ou un changement infime de l’expression sont autant de détails qui permettent de cerner le jeu d’un adversaire. C’est pour cela que certains se cachent derrière des lunettes, une capuche, … Et il ne se prive pas de faire part de son expérience à travers des supports médiatiques ou à travers la Poker Room dont il est actionnaire, Winamax. Aucun débutant ni même les joueurs de haut niveau ne peuvent dire non à ce petit coup de pouce qui leur permet de peaufiner leurs propre techniques. Un peu comme on peut apprendre le chant avec les techniques Céline Dion ou se lancer dans la cuisine avec les astuces de Cyril Lignac : super utile… au début.

« P14B », joueur émérite de Winamax

S’il fait figure de pionnier du poker en France, Patrick Bruel cultive cette image en jouant habilement en live mais aussi sur la Toile. Il n’hésite pas à partager quelques secrets de son succès en relevant les défis de nombreux joueurs en ligne. Dès le lancement de WPT sur Canal +, notre joueur au talent confirmé a insisté sur le fait que le poker mérite une considération similaire aux sports.

Comme argument, il a évoqué la nécessité d’une grande préparation tant au niveau physique que dans le mental. Patrick (alias P14B sur Winamax) explique d’ailleurs que si les règles du jeu peuvent s’apprendre en 5mn, il faut toute une vie pour pouvoir maîtriser parfaitement le poker. Et il ne manque pas de confesser humblement l’apprentissage constant dont il bénéficie à chacune des parties disputées en live ou en ligne. Cette humilité se conjugue à une habileté incontestée. Car on doit reconnaître que la faculté d’analyser le comportement des autres joueurs, cette facilité avec laquelle il a réussi à démocratiser le poker qui n’était que très peu connu en France et les diverses manières dont il anime l’univers de ce jeu relèvent d’un véritable savoir-faire.

Du champion au communiquant

Patrick ne s’est jamais targué d’être un champion du monde mais il ne nie pas faire partie des meilleurs joueurs de la planète (ou de France du moins). Néanmoins, le poker demeure un simple hobby auquel il s’adonne de temps à autre. Sa carrière de chanteur et d’acteur prennent le dessus et quand il est absent des tables pour des durées souvent indéterminées, il continue à partager son savoir et surtout les expériences qu’il a acquises à travers toutes ces années. Le moins que l’on puisse dire de Patrick Bruel, c’est qu’il sait y faire dans le domaine communicationnel. Un avantage de taille qui a servi de tremplin à Winamax, site n°1 de poker dans l’Hexagone…

Pas de commentaires pour le moment.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *